dimanche 31 mars 2013

À l'occasion du Millénaire des fondations de la Cathédrale de Strasbourg



Ma photo

Pour le Rayon Vert, une hypothèse qui se confirme.

 

À l'occasion du Millénaire des fondations de la Cathédrale de Strasbourg, j'ai fait le point des éléments dont je dispose pour affirmer que le Rayon Vert de la Cathédrale résulte d'un acte volontaire, dirigé par l'architecte Gustave Klotz.

Gustave Klotz a été formé à Paris. Il a complété sa formation artistique à Rome à partir de 1831. Il y restera trois ans.   
                                                                               ___________________


Voici les arguments qui militent en faveur de l’acte volontaire.
Le rayon vert de la Cathédrale de Strasbourg, une méridienne pour égaler les plus belles italiennes, et ... sans bourse délier.
                                                Ou ... 
                        LE "BON TOUR" DE KLOTZ 

Comme d’autres édifices religieux en France, par exemple Saint-Sulpice où un dispositif a été installé par les astronomes de l’Observatoire de Paris, Strasbourg avait sa méridienne.


Elle a été  réalisée en 1840 au portail sud, près de l’horloge astronomique. Ce dispositif discret permettait de déterminer le midi solaire local pour cette horloge mécanique bien connue des  touristes.


(Photos Laurent Rosart)

En Italie, la basilique San Petronio de Bologne a une méridienne réalisée dès 1575 par  Danti Egnatio,  moine dominicain, mathématicien, astronome et cosmographe italien de la Renaissance. Le Vatican, dans la Salle de la Méridienne de sa Tour des Vents, a un dispositif réalisé en 1580 par le même Danti. Il permet de fixer précisément la date des équinoxes et notamment celle du printemps qui détermine la date de Pâques.




La plupart de ces savants dispositifs sont richement mis en valeur par la qualité des matériaux utilisés : des marbres de différentes couleurs, du laiton, du bronze et d’autres métaux nobles comme l’or et l’argent.



C’est pourquoi, d’astucieux artisans opérant dans la Cathédrale à l’occasion de la création et de la mise en place des vitraux du triforium méridional, imaginèrent en 1875, sous la direction de Gustave Klotz, le dispositif qui est connu maintenant sous le nom de « Rayon Vert» et qui constitue « la méridienne de Strasbourg »

Ce phénomène, particulièrement spectaculaire, est produit par le soleil dont les rayons, en période d’équinoxe, passent par le pied gauche de Juda deuxième personnage de la première fenêtre de la quatrième travée (flèche rouge ci-dessous). Ancêtre du Christ et fils de Jacob, il est le fondateur d’une des douze tribus d’Israël et a donné son nom à la Judée.


Aucun écrit prouvant un acte intentionnel de la part de ces opératifs n’a jusqu’à ce jour été découvert. Mais le dessin du vitrail ne laisse aucun doute à ce sujet.





Le résultat du dispositif ainsi mis en place produit l’effet présenté sur les deux photos ci-dessous :


Après avoir traversé la nef, un rayon coloré par le vitrail, produit un spot vert. Celui-ci se pose sur le Christ représenté sur l’avant du tablier de la chaire, chacun des six jours qui suivent l’équinoxe de printemps. Il en est de même chacun des six jours qui précèdent l’équinoxe d’automne. Le jour des équinoxes, le rayon vert est situé exactement sur le dais de pierre qui surplombe le Christ. 

                    





Cette position, deux jours par an, désigne les deux saisons, le printemps à 11h38 et l’automne à 12h24.





Ces manifestations sur la chaire se produisent en fait 58 minutes avant le midi solaire local d’après les calculs savants de Louis Tschaen. Cela s’explique ainsi : 

Mettre en place un dispositif fonctionnant exactement à midi solaire local, donc à côté de Salmon, un autre personnage du triforium, s’est avéré impossible à réaliser à cause de la présence d’un des piliers de la nef. Il fut donc décidé d’avancer d’une heure le phénomène en le reportant sur Juda.



On marquera, ci-dessus, la précaution que constitue le fait d'avoir représenté Salmon faisant de la main droite un signe de dénégation, confirmant ainsi cette impossibilité locale, et de l’avoir équipé de chaussons verts tout comme Juda, pour souligner leur complicité dans l’opération de transfert du rayon de l’un à l’autre personnage.

La réalisation de ce génial dispositif n’a pas coûté un centime au Maître d’Ouvrage. Elle n’était donc pas soumise à  approbation. Cela explique l’absence de traces écrites dans les archives consultées.

Une réparation de la pièce de verre qui représente ce pied gauche,  réalisée après 1950 suite à une rupture accidentelle, a accentué l’effet spectaculaire produit tel qu’on peut le voir de nos jours sur la chaire. Mais là non plus, pas de traces écrites de cette réparation faite en catimini.

Dans sa forme actuelle et du point de vue esthétique, cette méridienne de Strasbourg vaut les plus belles d’Italie que j’ai personnellement admirées, à Bologne et à Palerme.

Rappel du contexte

Pour le rayon :

- Sa découverte date de 1972, après plusieurs années d’intenses recherches que j’ai menées dans le cadre d’une étude intitulée  « Formes et symboles utilisés dans les arts sacrés ».
- Le phénomène attire, chaque année, de plus en plus de monde.
- La question de l’acte volontaire fait polémique car il n’y a pas de traces écrites dans les archives consultées.

Pour l’architecte :

Gustave Klotz, le père du Rayon Vert

- Gustave Klotz est né à Strasbourg en 1810 et y est décédé en 1880.
- Il a été architecte de l’œuvre Notre-Dame de 1837 jusqu’à sa mort.
- On lui doit la tour de croisée du transept, dite « Tour de Klotz ».
- Pour la réflexion symbolique qui devait présider à son travail d’architecte éclairé, il faut rappeler que Gustave Klotz était membre affilié de la Respectable Loge Symbolique « Les Frères Réunis » du Grand Orient de France, à l’Orient de Strasbourg. Il figure sur le tableau de loge daté de 1841, à la page dix reproduite ci-dessous.

(Conf. Livre Numérique Google)



Et ci-dessous
le devis du 12.11.1874 pour la réalisation des figures de la 4ème travée du triforium, dont celle de Juda, tiré de

 « Gustave Klotz 1810 – 1880 d’après ses notes, ses lettres, ses rapports »
Strasbourg 1965 – Société nouvelle d’impression MUH-LE ROUX à Strasbourg 45, Fossé des Treize (EN NOVEMBRE MIL NEUF CENT SOIXANTE CINQ).
 Par Jacques Klotz, son petit fils, père de Jean Klotz qui m’a remis l’ouvrage le 28.11.2014.





Dorénavant, en plus de la Tour de Klotz, on lui devra aussi 
le « Rayon Vert de Strasbourg ».

Pour les sceptiques, rappelons que suivant Boileau,

"Le vrai peut quelquefois n'être pas vraisemblable".
(L'art poétique, chant III)

« À Gustave Klotz, en témoignage de fraternelle reconnaissance »
Le 23 septembre 2014 - Équinoxe d’automne
Maurice Rosart...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire